Critique ciné: Deliver Us from Evil, quand l'horreur frise le ridicule

09/09/14 à 12:50 - Mise à jour à 11/09/14 à 21:25

Source: Focus

FILM D'HORREUR | Scott Derrickson (The Exorcism of Emily Rose, Sinister) s'essaye au polar noir, glauque et pluvieux à la Seven. La touche surnaturelle en plus, l'inspiration en moins.

Critique ciné: Deliver Us from Evil, quand l'horreur frise le ridicule

Deliver Us From Evil © DR

Avec Deliver Us from Evil, libre adaptation d'une enquête criminelle aux accents paranormaux relatée dans les mémoires de Ralph Sarchie, policier new-yorkais à la retraite ici incarné par Eric Bana, Scott Derrickson (The Exorcism of Emily Rose, Sinister) s'essaye au polar noir, glauque et pluvieux à la Seven. La touche surnaturelle en plus, l'inspiration en moins. Si le Bronx offre un cadre peu usuel, et en parfaite adéquation avec l'atmosphère poisseuse qu'il entend développer au son de quelques classiques des Doors, le film verse en effet trop souvent dans les pires poncifs horrifiques -piano qui joue tout seul, ampoules qui clignotent, ce genre. L'inévitable scène d'exorcisme, climax supposé de l'affaire, frisant même carrément le ridicule.

En savoir plus sur:

Nos partenaires