Critique ciné: Child's Pose (Mère et fils)

04/02/14 à 15:17 - Mise à jour à 16:51

Source: Focus Vif

DRAME | Pour Cornelia, la soixantaine bourgeoise bien assumée dans un quartier cossu de Bucarest, son fils unique est tout. Le concept de mère possessive et protectrice trouve en elle une incarnation extrême, spectaculaire.

Critique ciné: Child's Pose (Mère et fils)

Child's Pose © DR

Quand Barbu, son rejeton chéri et tout de même âgé de 34 ans, renverse et tue accidentellement, avec sa voiture, un jeune enfant sur la route, Cornelia ne voudra pas un seul instant qu'il assume. Elle s'investit elle-même d'une mission prioritaire: empêcher que Barbu subisse les conséquences de son acte, le soustraire à toute implication et punition. La loi, la justice n'ayant à ses yeux qu'une importance mineure en regard de certaines pressions que permettent l'argent et la position sociale. Le fils n'a, dans tout ça, pas grand-chose à dire, tant sa mère est décidée, au besoin, à le sauver malgré lui... Tout juste sorti en France sous le titre Mère et fils, ce film roumain troublant s'est vu attribuer l'Ours d'Or au Festival de Berlin 2013. Calin Peter Netzer y développe une intrigue qui peut glacer, choquer, emmenant le spectateur loin de sa "zone de confort" (expression récemment devenue très tendance chez pas mal de réalisateurs et de comédiens). Mais s'il n'affiche pas de confiance démesurée en la nature humaine et en la société, le réalisateur dit des choses complexes, profondes, sur l'amour, la peur, le deuil, entre autres sentiments majeurs. L'interprétation est de grande qualité, Luminita Gheorghiou en tête. Cette remarquable actrice nous avait déjà impressionné dans The Death of Mr Lazarescu, Quatre mois, trois semaines et deux jours, et aussi Code Inconnu de Haneke.

  • DE CALIN PETER NETZER. AVEC LUMINITA GHEORGHIOU, BOGDAN DUMITRACHE, ILINKA GOIA. 1H52. SORTIE: 05/02.

Nos partenaires