[Critique ciné] Blood Father, Mel Gibson en pleine forme

07/09/16 à 09:52 - Mise à jour à 09:53

Source: Focus Vif

Un film d'action musclé et pas trop bavard emmené par un Mel Gibson maniant flingue et moto avec la même dextérité? Quoi de plus délicieusement eighties?

[Critique ciné] Blood Father, Mel Gibson en pleine forme

Mel Gibson dans Blood Father de Jean-François Richet © DR

Pourtant, le principal mérite du réalisateur français Jean-François Richet (Ma 6-T va crack-er, Mesrine) est d'avoir su insuffler une bonne dose de réel dans cette imagerie. Sous un soleil de plomb, nous visitons une Amérique prolétaire brisée, aussi pleine de coeur que de violence. La poussière et la sueur donnent un supplément d'âme à cette jungle des laissés-pour-compte où n'apparaissent jamais de représentants de l'ordre. Pour son premier rôle principal depuis le déjà oublié Kill the Gringo en 2012, Gibson incarne un Hells Angels repenti qui tient un salon de tatouage dans un parc de caravanes du Nouveau-Mexique. Son passé va le rattraper lorsque sa fille, avec qui il n'a plus eu de contact depuis des années, se tourne vers lui pour échapper à des narcotrafiquants. Les poursuites et fusillades qui en découlent sont très efficaces et évitent le montage épileptique de nombreux thrillers actuels. Gibson est en pleine forme et William H. Macy (Fargo) livre une performance surprenante et jouissive en pote bouseux à la gâchette facile. Le voyage serait à vrai dire tout à fait réjouissant s'il ne se déroulait pas sur des rails. D'un bout à l'autre, aucune surprise ne surgit dans ce film dont le concept old school n'excuse pas le classicisme. On laissera donc Blood Father aux vrais fans du genre.

DE JEAN-FRANÇOIS RICHET. AVEC MEL GIBSON, ERIN MORIARTY, DIEGO LUNA, WILLIAM H. MACY. 1H28. SORTIE: 07/09. ***

Lire également notre interview de Mel Gibson.

Nos partenaires