Charlotte Rampling: "La lecture du scénario m'a donné des frissons"

10/02/16 à 10:32 - Mise à jour à 10:53

Source: Focus Vif

Cinquante ans après The Knack, le film de ses débuts, Charlotte Rampling trouve l'un de ses plus beaux rôles dans 45 Years, drame pudique d'Andrew Haigh où elle se mesure à Tom Courtenay et à ce temps qui passe sans paraître avoir de prise sur elle...

Si l'audace devait être actrice, sans doute s'appellerait-elle Charlotte Rampling, la comédienne britannique ayant fait de la prise de risques le moteur d'une carrière entamée il y a tout juste 50 ans avec The Knack, de Richard Lester. Nulle posture dans cette attitude, mais plutôt le besoin impérieux de celle qui nous confiait, en 2011 à Cannes, où elle présentait The Look, d'Angelica Maccarone, un film en forme d'autoportrait à travers les autres: "C'est venu d'un choc émotionnel très grand, quand j'avais 20 ans. Ma soeur s'est suicidée, j'ai réalisé que la vie était précaire, et je suis partie sur ce chemin à ce moment-là. Il n'y avait pas de temps à perdre, il fallait que, comme une sorte d'enquêteuse, je creuse dans la chair de la vie à travers le cinéma." Cette ligne de conduite, elle ne devait plus en déroger, qui la conduirait de Luchino Visconti à Liliana Cavani; de Patrice Chéreau à Nagisa Oshima; de François Ozon à Maïwenn; de Todd Solondz à Lars von Trier. Une liste non exhaustive, sa filmographie alignant une bonne centaine de titres, série en cours marquée du sceau d'une exigence rarement démentie: "Visconti m'a mise sur la voie d'une forme de cinéma engagé dans tous les sens -sujet, décor, mise en scène, écriture. On s'engage dans un projet qui peut dire quelque chose, avoir une résonance sur le monde, et ne soit pas juste du divertissement."
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires