Cannes - Le film du jour: Grace de Monaco, laborieux et ridicule

14/05/14 à 17:10 - Mise à jour à 15/05/14 à 17:19

Source: Focus Vif

Le film du jour (1). Il y avait assurément un certain sens à présenter Grace de Monaco, d'Olivier Dahan, en ouverture du festival de Cannes... On reste toutefois pantois à la découverte d'un film dont la médiocrité fait écho à celle d'un Da Vinci Code ayant bénéficié des mêmes honneurs en son temps.

Cannes - Le film du jour: Grace de Monaco, laborieux et ridicule

Nicole Kidman © AFP

Après tout, c'est ici même que devait se nouer, au mitan des années 50, l'idylle entre Grace Kelly et Rainier de Monaco, qui allait bientôt faire de la star de Fenêtre sur cour une princesse; soit, pour le coup, un justificatif historique commode, assorti de la perspective d'une montée des marches résolument glamour emmenée par Nicole Kidman, pas moins.

On ne peut toutefois que rester pantois à la découverte d'un film dont la médiocrité fait écho à celle d'un Da Vinci Code ayant bénéficié des mêmes honneurs cannois en son temps. L'Histoire, Dahan la prend au début des années 60, alors que le conte de fées entrevu un temps par Grace s'est transformé en quotidien fastidieux. Le couple princier traverse une crise sérieuse, en effet, à laquelle vient s'en ajouter une autre, politique, opposant Monaco à la France, De Gaulle ne goûtant que modérément d'avoir un paradis fiscal à ses portes. Moment où débarque Hitchcock, surgi de Hollywood pour proposer à la princesse de renouer avec ses anciennes amours, un argument de poids à l'appui: le premier rôle de Marnie. On sait ce qu'il en advint, au grand dam des cinéphiles.

Dahan retourne le couteau de la plaie, en filmant les tiraillements de la princesse sans le moindre génie - on n'en demandait pas tant, il est vrai, au réalisateur de La môme et du Petit poucet -, et sans plus d'inspiration que de grâce. Laborieux dans un premier temps, ce biopic princier sombre bientôt dans le ridicule. Et si Nicole Kidman tente méritoirement de donner le change, c'est l'ennui qui submerge le spectateur. En un mot, comme en cent, consternant.

Nos partenaires