Annabelle 2: le cinéma d'horreur et ses poupées hantées

08/08/17 à 16:23 - Mise à jour à 16:22

La sortie ce mercredi d'Annabelle 2: la Création du Mal rappelle que les poupées constituent l'un des sujets de prédilection des films d'épouvante.

Annabelle 2: le cinéma d'horreur et ses poupées hantées

Poupées à taille humaine dans une maison hantée à Cincinnati (Etats-Unis) © AP Photo/John Minchillo

La poupée est l'un des premiers objets créés dans un but ludique. On retrouve une trace de ces jouets dès le 5e siècle. Bois, chiffon, cire, les modèles évoluent jusqu'aux poupées en série produites par l'industrie. Compagne de jeu, jolie figure réconfortante, la poupée recèle pourtant une part d'ombre qu'exploite avec délectation le cinéma d'horreur. Comme les personnages d'enfants possédés, l'innocence d'un tel jouet est pervertie pour susciter l'effroi. C'est notamment le cas du film Annabelle (2014), dans lequel une poupée ancienne sème la terreur dans une maison, qui présente son second volet, Annabelle 2: la Création du Mal. La lignée des poupées maléfiques ne date pas d'aujourd'hui. Avant le célèbre Chucky, Jigsaw de la série Saw et Annabelle, d'autres films les avaient représentées. Dès 1936, Les Poupées du Diable mettent en scène des êtres vivants dont la taille a été réduite par un savant fou.

Le gentil fabricant de poupées

Prenons une ou plusieurs poupées, des protagonistes naïfs, et une âme malfaisante prête à investir l'objet. Ces petites choses a priori innocentes ne restent pas inanimées bien longtemps. Elles finissent toujours par montrer perfidie en s'amusant à bouger discrètement, en laissant échapper un rire diabolique par-ci par-là et en assassinant quelques personnes au passage. De quoi s'interroger sur nos Barbie et Action Man entassés à la cave...

Affiche du film Dolly Dearest (1991)

Affiche du film Dolly Dearest (1991) © ISOPIX, trimark/courtesy everett collection

Avec les poupées hantées, le cinéma d'horreur a créé des scénarios types qui sont réutilisés avec plus ou moins d'originalité. Dans Les Poupées (1987) de Stuart Gordon, des personnages s'abritent de l'orage dans la maison d'un couple, les Hardwicke. L'homme fabrique des poupées et des pantins. Ils pensent tous avoir trouvé un refuge. Les naïfs! Ils deviennent bientôt la cible des poupées vivantes et agressives. Même style avec le film Puppet Master (1989), où un fabricant de poupées teste sur elles une formule magique pour leur donner vie. Toujours dans la gamme des fabricants de poupées, Dolly Dearest (1992) les met en scène au Mexique. Leur usine se situe non loin d'une tombe diabolique (évidemment) et un esprit maléfique prend possession des poupées.

Un cadeau empoisonné

Le fils de Chucky

Le fils de Chucky © ISOPIX

Variante, la poupée que l'on offre à un enfant dans l'espoir que cela l'occupera. En effet, ça l'occupera mais sans doute pas de la manière espérée. Car aussitôt que la poupée s'attache à sa jeune et vulnérable victime, c'est toute la maisonnée qui tremble sur ses fondations. Bruits étranges, mouvements presque imperceptibles, ricanements démoniaques, déplacements d'objets... Autant de phénomènes qui poussent à s'interroger sur la prétendue candeur de ces charmantes figurines. Dans La Revanche de Pinocchio (1996), un meurtrier d'enfant lègue un cadeau particulier à son avocate: Pinocchio, une poupée de bois. Elle la donne à sa fille Zoé. L'enfant et la poupée ne se quittent plus, et des événements étranges commencent à se produire. Dans Jeu d'enfant (1989) de Tom Holland, une mère offre une poupée parlante à son enfant pour ses six ans, Chucky, bien sûr possédé par l'âme d'un tueur en série. Il y aura en tout six films sur lui et un septième volet, Cult of Chucky (Le Retour de Chucky), est prévu pour fin 2017.

Ce n'est qu'un film... Pas vrai ?

Ces ingrédients se retrouvent dans Annabelle 2: La Création du Mal. On a un fabricant de poupées, la mort tragique d'une petite fille et les jeunes pensionnaires (comprenez par là: les insouciantes victimes) d'un orphelinat. Ainsi que l'indique le titre, on apprend l'origine de la malfaisance de la poupée. Comme le premier volet ou les deux Conjuring, Annabelle 2: La Création du Mal, se base sur une affaire dont s'est occupée le couple d'enquêteurs du paranormal Ed et Lorraine Warren, respectivement démonologue et médium.

Annabelle (2014)

Annabelle (2014) © ISOPIX

Annabelle et Annabelle 2 s'inspirent d'une histoire "vraie" des années 70. Donna reçoit une poupée, une Ann Raggedy. Elle et sa colocataire, Angie, remarquent bientôt des faits troublants: la position de la poupée semble différente, des petits morceaux de parchemin demandant de l'aide sont retrouvés... Lou, l'ami d'Angie, est mis au courant et éprouve aussitôt une vive méfiance envers l'objet. Mais les jeunes filles ne s'inquiètent pas: il doit y avoir une explication logique! Cependant, les phénomènes s'accentuent et les gouttes de sang qu'elles retrouvent sur la poupée les décident à consulter une médium. Cette dernière leur apprend que l'esprit d'une petite fille de sept ans décédée, seule et abandonnée, veut habiter la poupée. Touchées, Donna et Angie acceptent. Grossière erreur!

Partager

Les objets profanes comme la poupée Annabelle ont leur propre aura. Quand vous les touchez, votre aura humaine se mêle à la leur. Cette transformation attire les esprits, c'est presque comme provoquer une alarme incendie. Ed Warren

La poupée ne paraît pas si inoffensive et Lou va payer sa méfiance vis-à-vis d'elle: il subit deux attaques de l'Ann Raggedy. Ils décident alors tous alors de contacter Ed et Lorraine Warren. Point de petite fille innocente dans la poupée: celle-ci semble plutôt sous l'emprise d'un esprit démoniaque. Après un exorcisme, Annabelle est emportée. Elle est aujourd'hui exposée au Musée de l'Occulte dans le Connecticut.

Dans le même registre, Chucky s'inspire de l'histoire de la poupée prénommée Robert. On rapporte que Robert a tourmenté les propriétaires d'une maison et il fait encore parler de lui au Fort East Martello Museum (Key West, Floride) où il est exposé.

Qu'on y croie ou pas, le cinéma pourra toujours compter sur le malaise provoqué par ces histoires pour faire de la poupée hantée un personnage clé de l'horreur.

Monica Baur

En savoir plus sur:

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos