Quand la brigade anti-tags de Reims efface une oeuvre... commandée par la mairie

01/03/16 à 10:07 - Mise à jour à 10:07

Source: Afp

La brigade anti-tags de la ville de Reims a effacé une oeuvre de l'artiste de street art C215 pourtant commandée par la mairie en vue d'une exposition, a-t-on appris samedi de sources concordantes.

#reims

Posté par C215 sur lundi 15 février 2016

"Il y a eu un petit couac: les services qui ont "dealé" avec C215 ont oublié de prévenir le service propreté", a indiqué une attachée de presse de la mairie. L'artiste avait été chargé de réaliser plusieurs oeuvres dans la ville pour préparer la tenue d'une grande rétrospective sur près de 600 m² de son art au printemps.

L'oeuvre, qui représentait un garçon boudeur agenouillé et qui a été peinte sur un transformateur à côté de l'hôtel de ville, a été effacée en début de semaine, selon la même source.

"C215 doit revenir début mars mars pour en faire d'autres. La direction de la culture et des événements vont bien prévenir cette fois-ci des emplacements à la brigade anti-tags", a indiqué la mairie.

Interrogé samedi par l'AFP, l'artiste a réagi en expliquant que la détérioration d'oeuvres pouvait arriver dans le street art. "Là où j'ai été surpris, c'est qu'elle a été nettoyée par la ville alors qu'elle me l'a commandée", a dit C215. "Les services de la mairie se sont excusés platement et se sont eux les premiers emmerdés. Il y a eu une confusion entre les services et une petite erreur", a-t-il ajouté.

Depuis l'incident, l'artiste est retourné sur les lieux et a repeint l'oeuvre d'une manière "assez similaire", "car je ne repeins jamais deux fois la même chose", comme il l'expliquait à Libération.

De passage à Reims aujourd'hui...

Posté par C215 sur lundi 29 février 2016

L'artiste Christian Guémy, alias C215, 42 ans, historien de formation, est connu dans le monde entier pour ses pochoirs et fresques murales, à Port-au-Prince, New Dehli ou encore Brooklyn.

En savoir plus sur:

Nos partenaires