L'oeuvre de la semaine: Suis-je assez beau ?

29/11/15 à 18:13 - Mise à jour à 18:15

"Ceci n'est pas un portrait", écrit le peintre américain Janssen Stegner. Mais sans doute l'image d'un portrait qui avec une certaine dose d'ironie et de férocité pointe un genre fort apprécié des collectionneurs toujours ravis d'être immortalisés: le portrait mondain.

L'oeuvre de la semaine: Suis-je assez beau ?

Jean-Charles, 2015. Huile sur toile. Janssen Stegner. © Janssen Stegner et We're closed

Et tout y est. A la fois le choix de l'activité gratifiante. Ici, la chasse. Notre chasseur est au repos comme dans certaines figurations officielles de rois anglais ou espagnols. Il exprime donc la calme assurance de ceux dont les décisions sont graves et le pouvoir énorme. Non loin comme le veut la tradition, le chien symbolise la fidélité alors que la scène se passe dans un décor champêtre (un seul arbre suffit) avec au loin, la silhouette d'une église toujours de bon aloi.

Mais l'allongement démesuré du corps ainsi que son amincissement ne peut que faire sourire. L'inquiétude perçue dans le regard ne trompe personne. En réalité, l'artiste ne s'inspire pas d'un seul modèle mais additionne des fragments pris çà et là en fonction d'une idée qu'il a en tête.

Certains titres sont du reste éclairants comme "le policier", "l'ascète", "le novice" ou encore "le pacificateur".

Ceci dit, il s'inscrit aussi dans la grande tradition de la figuration "idéalisée". Raphael ne reproduit pas le visage de son modèle mais tend à l'inscrire dans un ovale parfait. Le Greco étire ses figures et Ingres n'avait-il pas ajouté une vertèbre à l'une de ses "Venus" ? Mais tous ces peintres anciens le faisaient en vue d'exalter la beauté des élu(e)s et ne limitait pas leur travail à ces déformations. Il n'en va pas de même de Janssen Stegner dont l'écriture picturale, lisse et impersonnelle, renforce le propos. La beauté est ici superficielle comme l'univers dont il immortalise la fatuité.

Bruxelles, Galerie "Sorry We're closed". 65A rue de la Régence. Jusqu'au 15 janvier.

En savoir plus sur:

Nos partenaires