L'oeuvre de la semaine: roulez jeunesse !

19/02/17 à 12:54 - Mise à jour à 12:53

L'arbre paraissait indestructible. Il avait bravé les ans et les tempêtes et son écorce semblait le protéger de tous les dangers. Pourtant un jour, il tomba, foudroyé.

L'oeuvre de la semaine: roulez jeunesse !

Mario Ferretti. © Copyright de l'artiste

Lui, le signe vertical ancré dans le paysage agricole tout en étendue, gisait, là, dans l'indifférence des hommes. Sauf, du regard d'un habitant d'un de ces petits villages du Hainaut. Il s'appelle Mario Ferretti.

Alors, comme il l'a déjà fait par le passé, il va ramener la dépouille dans son atelier de sculpteur, la laisser reposer et lentement, observer la progressive disparition de la sève. Puis il va prendre ses outils. Certains impressionnent, d'autres tiennent du maillet et du ciseau. Le tronc sera coupé en tranches larges à leur tour évidées. Les anneaux ainsi obtenus sont encore polis, parfois teintés d'un rouge de sang.

A partir de cette opération répétitive, il convoque le métal dans sa brutalité industrielle et avec elle, toute la mémoire d'une région. Ce sont des tubes de section carrée qu'il coupe, soude et assemble aux épidermes de l'arbre. Peu à peu, le volume prend son essor et par la composition même des éléments métalliques, évoque le mouvement d'un manège forain : "enfant, raconte-t-il, je n'avais de cesse de construire des cabanes."

Depuis près de vingt ans, Ferretti (°1970) aura construit des tours, des demeures et des sarcophages. Cette fois, l'oeuvre évoque plutôt un inquiétant carrousel. Car les anneaux de nature se heurtent paradoxalement à la logique de l'industrialisation, aux blessures des textures, au refus de séduction. Entre attirance et répulsion se joue une partie dont nous devenons les complices. "Chère imagination, écrivait André Breton, ce que j'aime surtout en toi, c'est que tu ne pardonnes pas".

Dans l'exposition, plusieurs autres sculptures dialoguent avec les déliés labyrinthico-esthétisants du peintre Jean-Luc Moerman.

Bruxelles, Salle Dynastie, Mont des Arts 5. Jusqu'au 2 avril. Du Ma au Di de 11 à 19 heures.

Nos partenaires