L'oeuvre de la semaine: Des lunettes pour le dire

31/07/16 à 18:43 - Mise à jour à 18:42

Le décor ne permet pas de situer le personnage dont, en 1988, Luc Tuymans réalise le portrait à partir d'un document d'archive remontant aux années 1940. L'ossature du visage est solide et révèle une force de caractère en même temps que l'orgueil. Qui est-il ? Que cache-t-il derrière ses lunettes noires ?

L'oeuvre de la semaine: Des lunettes pour le dire

Luc Tuymans, Die Zeit, Heydrich, 1988. Coll. privée. © Luc Tuymans

L'homme est musicien comme ses parents, escrimeur de haut vol, pilote de chasse et tout à la fois anti-catholique et anti-juif. Dès 1931, affilé au parti nazi, il rêve de gloire et gravit les échelons qui le mènent au plus près de Himmler. Dès 1933, il remplit le camp de Dachau puis ce sera celui de Mauthausen. Il songe un temps forer l'émigration des Juifs vers Madagascar mais choisit finalement la solution de l'élimination. Un attentat aura finalement raison de ce criminel de guerre nazi en 1942. Reinhardt Heydrich n'avait pas 40 ans.

Comme pour d'autres portraits, Luc Tuymans cherche à montre l'écart entre le vrai et le vrai visage d'un homme. Comment une paire de lunette peut, dans cette ambiguïté, jouer un rôle premier. A tel point même qu'il s'est récemment rendu compte que les trois-quarts des portraits réalisés par lui portaient des lunettes. Le Roi Baudoin à Léopoldville dissimule son regard derrière des lunettes de soleil alors que les verres agrandissent l'intensité du regard de Lumumba.

On pourrait encore citer, parmi la vingtaine de tableaux exposés, celui du chef du Ku-Klux-Klan Joseph Milter, du nationaliste flamand Ernest Claes ou encore de l'un ou l'autre anonyme : "J'ai toujours aimé peindre des lunettes. Les lunettes apportent une espèce de distorsion du visage, qu'on ne peut pas voir directement au travers des lunettes. Il s'agit d'un instrument étrange, mais aussi d'une donnée quasi universelle. Peindre la banalité des lunettes leur confère une autre signification"

Anvers, MAS. "Luc Tuymans, Glasses", Hanzelstedenplaats, 1. Jusqu'au 18 septembre. www.mas.be

Nos partenaires