Laurent Raphaël
Laurent Raphaël
Rédacteur en chef Focus
Opinion

05/10/16 à 10:52 - Mise à jour à 12:09

L'étrange rêve prémonitoire de Rudi V.

"L'ancien garage Citroën en passe de devenir le poumon artistique bruxellois: son testament, son magnum opus, son MoMA, sa pyramide de Khéops. L'équivalent du Louvre pour Mitterrand." L'édito de Laurent Raphaël.

L'étrange rêve prémonitoire de Rudi V.

© Kamagurka

Rudi V. n'a pas dormi de la nuit. La faute à un repas trop arrosé la veille avec les anciens copains de l'athénée qui a fini en karaoké massacrant les standards de Bowie, des Stones et de Dylan. Son médecin l'a pourtant mis en garde: plus question de malmener son estomac en l'inondant de Haut-Marbuzet. Reste que grâce à cette entorse au règlement, il s'est un peu détendu, reléguant dans les coulisses de sa conscience son rendez-vous avec l'Histoire du lendemain matin. Il avait d'ailleurs prévenu ses amis de 30 ans en arrivant: "Je ne veux pas entendre parler du musée".

Dans la nuit par contre, alors que l'acide faisait frire ses entrailles, la grande affaire de sa vie professionnelle lui est revenue en pleine figure comme un boomerang. Il a fini par se lever pour de bon sur le coup de 4 heures du matin. Après avoir descendu cul sec le reste du flacon de Gaviscon, il est allé se planter devant la grande baie vitrée derrière laquelle s'étend son "royaume". Eclairée à la bougie des étoiles, Bruxelles offre depuis le 40e étage de la tour Up-site un visage serein, paisible, où les contours de sa renaissance se dessinent en ombres chinoises sur le halo de la nuit. Avec une bonne paire de jumelles il aurait peut-être la chance d'apercevoir le street artist masqué qui sème depuis des années des organes génitaux sur les murs de la ville...

Sur la gauche, on aperçoit les bandes vertes du nouveau quartier écologique qui a permis de mettre la ville à la campagne et de faire revenir la classe moyenne dans le centre. Au loin à droite, là où se dressait le Palais 12 démonté après deux ans d'inactivité, on devine les premières poutres tendues vers le ciel du dôme qui accueillera les Jeux Olympiques de 2028, dans trois ans à peine. Et au milieu du tableau, aussi droit qu'une raie sur la tête d'un hipster, le canal et sa succession de quartiers gentrifiés, colonne vertébrale du ravalement de façade de la capitale européenne à mettre à son crédit. Avec surtout, juste sous ses yeux, si proche qu'il a l'impression de pouvoir le toucher du doigt, le symbole ultime de ce renouveau: l'ancien garage Citroën en passe de devenir le poumon artistique de la ville et la nouvelle attraction touristique du Vieux Continent. Son testament, son magnum opus, son MoMA, sa pyramide de Khéops. L'équivalent du Louvre pour Mitterrand. Rien que d'y penser, il a le coeur qui se serre avec un mélange de fierté et d'angoisse.

Partager

L'ancien garage Citroën, son testament, son magnum opus, son MoMA, sa pyramide de Khéops. L'équivalent du Louvre pour Mitterrand.

C'est là, dans ce paquebot étincelant remis à neuf par l'architecte star Rem Koolhaas, qui a conservé la coque art déco mais rajouté des voiles monumentales pivotant avec le soleil, que dans quelques heures, le gratin mondial de l'art (on annonce Obama, récemment promu à la tête d'une Fondation internationale oeuvrant pour la paix par l'éducation artistique) convergera pour l'inauguration en grande pompe du MacBru ou Musée d'art contemporain de Bruxelles. Rudi V. sera au centre de l'attention comme jamais. Même s'il n'a jamais croulé sous le poids de son ego, parachever la mutation unanimement saluée de sa ville en la dotant d'un phare culturel lui donne des papillons dans le ventre. Avec un peu de chance, dans dix ans, cet ensemble fera partie des meubles comme le Colisée à Rome. Et tout ça grâce à lui, le petit ket d'Etterbeek...

L'horloge digitale indique 5 heures quand il repense, presque avec nostalgie, aux combats qu'il a dû mener pour que Bruxelles renoue avec son lustre du XIXe siècle. Il y eut d'abord les manigances de ce qu'on appelait à l'époque le Fédéral, qui ne voulait pas lui prêter ne fût-ce qu'un autographe de Magritte, puis les retards de chantier, puis enfin les conséquences du divorce par consentement mutuel de l'Etat belge en 2021 et l'absorption des 19 communes par la Région. De les avoir surmontés rend la victoire encore plus savoureuse.

Un bruit strident lui vrille soudain la tête. Il grimace, il gémit et finit par entrouvrir un oeil en direction du réveil qui braille. Les lettres vertes fluorescentes indiquent 6 heures. Quelle drôle de nuit, se dit-il en se caressant la moustache. Pris d'un doute, il saisit son smartphone sur la table de nuit et vérifie la date. Nous sommes bien le mercredi 28 septembre 2016. Tout à l'heure, il annoncera le partenariat avec le Centre Pompidou sur le projet de Musée d'art contemporain. Un joli coup de théâtre dont il se réjouit d'avance. Rudi V. sent une onde de plaisir se propager dans son corps: et si ce rêve était prémonitoire?

Nos partenaires