En images: À Paris, le temple du graffiti balayé et exposé sur Internet

19/12/13 à 15:21 - Mise à jour à 20/12/13 à 10:38

Les 20.000 mètres carrés du bâtiment des douanes de Pantin ont été rachetés par une agence de pub qui a décidé d'archiver les milliers de tags qui y ont fleuri pour les exposer via un site interactif. Grandiose ou cynique?

C'était le rendez-vous rêvé des graffeurs. À Pantin, en Seine-Saint-Denis (banlieue parisienne), les anciens bâtiments des douanes, reconvertis en supermarché entretemps, ont été complètement laissés à l'abandon en 2006. Et durant 7 ans, de nombreux artistes de rue s'y sont donné rendez-vous pour se réapproprier le lieu et le recouvrir de litres de peinture en bombe. Ce n'est pas sans rappeler le projet et court-métrage Mausolée, à voir absolument, pour lequel les artistes Lek et Sowat ont documenté les oeuvres d'une quarantaine de graffeurs pendant un an dans un lieu deux fois plus grand.

Aujourd'hui, alors que le quartier est à nouveau prisé (BNP Paribas, Hermès et Chanel y ont récemment installé leurs bureaux), c'est au tour de la méga-agence BETC de s'y implanter... et de choisir les magasins généraux de Pantin. Conscients que l'immeuble qui accueillera quelques-uns de ses 700 salariés est une véritable mine d'or artistique, la première agence de pub française décide d'archiver le tout, de prendre pas moins de 5200 photos et de l'exposer sur un site interactif en 3D développé par Google.

Le tout est consultable à l'adresse www.graffitigeneral.com. Récupération opportuniste ou réelle initiative pleine de bonne volonté? On en garde en tout cas un sacré goût amer en bouche...

K.D.

(via France Info)

En savoir plus sur:

Nos partenaires